30.3 C
London

Les législateurs russes infligent des amendes plus sévères aux entreprises technologiques étrangères sans bureaux

Share:

MOSCOU (Reuters) – Les législateurs russes ont adopté mardi un projet de loi qui prévoit des sanctions plus sévères pour les sociétés Internet étrangères qui n’ouvrent pas de bureau en Russie, y compris des amendes.

Moscou cherche depuis longtemps à exercer un plus grand contrôle sur les entreprises technologiques, et les différends sur le contenu et les données se sont intensifiés depuis qu’elle a envoyé des forces militaires en Ukraine le 24 février.

Les géants étrangers des médias sociaux avec plus de 500 000 utilisateurs quotidiens ont été contraints à partir du 1er juillet 2021 d’ouvrir des bureaux en Russie sous peine de sanctions allant jusqu’à une interdiction pure et simple.

Désormais, les amendes fiscales que la Russie a imposées à Google et aux méta-plateformes d’Alphabet pour l’hébergement de contenus interdits pourraient être appliquées aux entreprises qui n’ouvrent pas de bureaux, après que la chambre basse a adopté le projet de loi lors de la deuxième des trois lectures.

Les amendes peuvent aller jusqu’à 10 % du chiffre d’affaires d’une entreprise en Russie au cours de l’année précédente, et jusqu’à 20 % en cas d’infractions répétées.

Le régulateur public des communications, Roskomnadzor, a répertorié en novembre dernier 13 entreprises, pour la plupart américaines, qui doivent s’établir sur le sol russe d’ici la fin de l’année.

Seuls Apple, Spotify, l’application de messagerie Viber du groupe Rakuten et l’application de partage de photos Likeme se sont pleinement conformés, bien que Spotify ait fermé ses bureaux en mars en réponse aux actions de la Russie en Ukraine et ait ensuite suspendu son service de streaming.

Meta, que la Russie a reconnu coupable d'”activité extrémiste” en mars, n’est plus répertorié et ses plateformes Facebook et Instagram ont été interdites, bien que son application de messagerie WhatsApp ne le soit pas.

Quatre autres sociétés ont satisfait à au moins une autre exigence du Roskomnadzor mais n’ont pas établi d’entité juridique ou de bureau en Russie. Il s’agissait de Google, Twitter, TikTok de ByteDance et Zoom Video Communications, selon le site Web du gouvernement.

L’outil de chat Discord, l’unité de diffusion en direct d’Amazon Twitch, l’application de messagerie Telegram, le service de bookmarking Pinterest et le propriétaire de Wikipédia Wikimedia Foundation n’ont pas pris de mesures pour se conformer, selon le site Web.

━ Actualités

La grande lecture : Les jeunes aux prises avec l’inflation : épargner, investir ou garder de l’argent à portée de main ?

À QUOI FAIRE ATTENTION LORS DE L'ACCEPTATION DE PRÊTS En ce qui concerne le refinancement de prêts pour aider les familles à atténuer le...

Commentaire : Après les énormes gains de la pandémie, pourquoi les entreprises technologiques licencient-elles des travailleurs ?

Les prix à la consommation aux États-Unis ont augmenté de 8,6 % en mai en glissement annuel, le plus élevé depuis 1981. En réponse,...

Un avenir incertain pour les ateliers de réparation automobile traditionnels alors que Singapour s’apprête à éliminer progressivement les véhicules à essence et diesel

Malgré cela, certains garages peuvent être prudents quant à l'envoi de leurs employés à des cours de véhicules électriques, a déclaré Ong. "Avec ce type...

Geyoro réussit un triplé en première mi-temps tandis que la France battait l’Italie 5-1

ROTHERHAM, Angleterre : Grace Geyoro a réussi un triplé en première mi-temps alors que la France rêvait du Championnat d'Europe féminin en battant l'Italie...

La Namibie se qualifie pour la Coupe du monde 2023

La Namibie s'est qualifiée pour la septième finale...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici